Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Lundi 18 décembre 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Antispam: combien font un et quatre?:
Nombre de commentaires pour cet article: 0

Accueil >> Notre monde en bref

PRÉMONITOIRE


Le web profond est attaqué...





Notre article sur le web profond était-il prémonitoire ? La liste des mesures envisagées par le gouvernement pour renforcer la sécurité au détriment de la vie privée s’allonge et vise maintenant directement le web profond. Alors que le gouvernement envisage déjà de nouvelles lois sécuritaires qui permettraient par exemple de croiser tous les fichiers de données personnelles détenues par l’État, d’obliger à l’installation d’émetteurs GPS sur les voitures louées, d’allonger la durée de conservation des données de connexion ou encore de faciliter le recours aux IMSI-catchers, le journal Le Monde vient de révéler de nouvelles mesures recensées par le ministère de l’Intérieur. Elles s'attaquent au web profond et viseraient à  interdire les connexions Wi-Fi libres et partagées et à bloquer les communications des réseaux TOR en France. A supposer que cela soit techniquement possible, c'est une mesure totalement disproportionnée, de dictature qui couperait surtout la France de toute la communauté scientifique et créative de la planète comme nous le faisions remarquer dans notre texte. Le darknet n'est pas un réseau terroriste, c'est le réseau par lequel transite 95 % de l'information mondiale vivante. La France peut décider de telles mesures : elle rejoindrait alors tout simplement les pays les plus obscurantistes de la planète et par là s'écarterait définitivement de la compétitivité intellectuelle du moment. Incapable de descendre physiquement dans les banlieues à moins de déclencher la guerre civile - or il faudra bien que tôt ou tard, elle le fasse -, la France tape dans le vide or nous ne sommes plus dans la société de papa mais dans celle de la connaissance. En se privant de la société de connaissance, la France condamne son économie à la régression et au naufrage. /7.12/ML


Imprimer cet article
Envoyer à un ami