Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Mardi 23 octobre 2018
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Antispam: combien font un et quatre?:
Nombre de commentaires pour cet article: 0

Accueil >> Culture en bref

Livres


Sengor se retourne dans sa tombe





Un éditeur a déclenché une polémique en Allemagne en décidant de retirer le terme «nègre» de la prochaine édition d’un classique de la littérature allemande pour enfants afin de le moderniser. La maison d'édition Thienemann ne s’attendait pas à susciter une telle controverse en préparant la publication pour l'été 2013 d’une version en couleurs de "La petite Sorcière" (die Kleine Hexe), à l’occasion du 90e anniversaire de l’auteur Otfried Preussler. L’ouvrage de 120 pages, qui conte les aventures d’une sorcière gentille, accompagne les petits Allemands de génération en génération depuis sa première parution en 1957 et a été traduit en 47 langues.
Une partie du public allemand accuse Thienemann de dénaturer l’oeuvre en retirant des termes tels que le mot «nègre». Sur la toile et dans les médias, le débat fait rage depuis deux semaines. La radio publique Deutschlandfunk s’en est pris à une «police de la langue», dénonçant la«dénégrification» des livres pour enfants. Le porte-parole des conservateurs pour les questions culturelles au parlement allemand, Wolfgang Börnsen, s’est insurgé contre «les moralistes» qui «devraient faire preuve de plus de tolérance» à l'égard des classiques.
«Les oeuvres doivent être acceptées telles qu’elles ont été créées», estime le président de la fédération des enseignants allemands, Josef Kraus. «Sinon, nous pourrons jeter un jour une grande partie de la littérature mondiale ou même l’Ancien testament», ajoute-t-il. Selon lui, c’est justement le rôle des parents et enseignants d’expliquer que des mots tels que «nègre» ne doivent plus être utilisés alors qu’ils étaient courants autrefois. «C’est une opportunité pédagogique», affirme-t-il.
D’autres ont pris parti pour l’adaptation des textes. «Un livre imprimé en 2013 dans lequel figure le mot "nègre" emploie un vocabulaire raciste», a estimé l'écrivain Jakob Hein .
Pour léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire, « La Négritude est la simple reconnaissance du fait d’être noir, et l’acceptation de ce fait, de notre destin de Noir, de notre histoire et de notre culture ».Ils doivent se retrourner dans leur tombe.JP



Imprimer cet article
Envoyer à un ami