Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Dimanche 19 novembre 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Antispam: combien font un et quatre?:
Nombre de commentaires pour cet article: 0

Accueil >> Confrontation
L'ECRITURE MANUSCRITE TIRE-T-ELLE SA RÉVÉRENCE ? -

L'ECRITURE MANUSCRITE TIRE-T-ELLE SA RÉVÉRENCE ?


Pour ou contre



Par metamag
mis en ligne le


Depuis quelques années, la question se pose sérieusement, notamment dans les pays anglophones : faut-il arrêter l'enseignement de l'écriture manuscrite ? Que ce soit pour travailler, faire des démarches administratives, postuler pour un emploi, etc. les occasions d'écrire à la main se raréfient. Aujourd'hui, les écrans sont partout et de nombreuses écoles à travers le monde proposent déjà des ordinateurs ou des tablettes tactiles à chacun de leurs élèves. Le débat est ouvert. D'un côté, il y a donc ceux qui estiment que l'écriture à la main est aujourd'hui totalement inutile. Mais d'autres voix existent. Certains font ainsi remarquer judicieusement que les enfants qui n'apprennent pas l'écriture cursive ont déjà du mal à lire ce style d'écriture, les coupant ainsi d'une partie des informations et donc du savoir. Pour certains, écrire en lettres d'imprimerie voire uniquement sur ordinateur va pousser tout le monde à écrire de la même façon. 
Or l'écriture cursive « fait partie de l'identité et de l'estime de soi » estime Eldra Avery, professeur de langage et de composition dans un établissement californien. « Il y a quelque chose d'unique et de personnel dans une lettre en cursive. »
Jacques Gilbert, maître de conférences en littérature à l'université de Nantes, est sur la même longueur d'onde. « Dans l’écriture manuelle, le corps s’exprime, on voit si le scripteur était en colère, heureux, pressé. Le lecteur peut imaginer la personne et reconnaître dans sa graphie manuscrite dans quel contexte émotionnel elle a été produite. L’écriture sur écran renvoie une image distante. »
Le débat est engagé. Est-il idéologique ou technique ?


POUR LA FIN DE L’ÉCRITURE


EDF-Pulse

Ses pleins, ses déliés et l’encrier noir… Même le mot « manuscrit » renvoie à une image d’Épinal défraîchie. Car le vent a tourné et de nombreux pays entérinent la fin de l’écriture. 
Aux Etats-Unis, c’est voté. Quarante-cinq Etats viennent de l’exclure de leurs programmes pour privilégier la maîtrise du clavier d’ordinateur. En Inde, l’écriture est devenue un souvenir parfois brumeux, à tel point que des cours pour adultes sont apparus pour « réapprendre à écrire à la main ». En Chine aussi, les jeunes étudiants ont de plus en plus de mal à tracer certains idéogrammes, et des journalistes y parlent de « crise de caractères chinois ». Bref, le monde semble passer lentement à autre chose qu’au trio « main-stylo-feuille ». 

Arguments pour la fin de l'écriture

- L’école se doit de refléter et préparer à la vie adulte, où l’écriture est de moins en moins présente. L’avenir est aux nouvelles technologies.

- Pour l’universitaire Anne Trubek, qui prépare un livre sur « l’histoire et l’avenir de l’écriture », maîtriser une belle écriture représente un biais éducatif injuste : pourquoi pénaliser, plus ou moins consciemment, les élèves tout aussi intelligents mais qui sont moins lisibles ?

-  En fait, nous vivons un âge d’or de l’écrit. Les élèves lisent des blogs entiers sur internet, écrivent des textos à toute vitesse, se racontent leur vie. Il est dommage de se couper de cette vitalité en se limitant au papier manuscrit.

- Avec le passage à l’ordinateur, nous perdons certaines fonctions développées par l’écriture manuscrite, mais nous développons d’autres plus en phase avec le mode de langage rapide et interconnecté dans lequel nous vivons.

- L’important est moins comment l’on écrit que ce que l’on écrit – à la plume, au stylo, sur un clavier (et demain, peut-être, via la reconnaissance vocale, si elle se généralise).

- On demande sans cesse de nouveaux savoirs aux étudiants. Il est inévitable de devoir supprimer autre chose. Dont la cursive, qui peut être abandonnée sans douleur.

Le débat est lancé. En France, le ministère de l’Éducation a proposé aux professeurs deux nouveaux modèles d’écriture pour « permettre à l’élève et au futur scripteur de disposer d’une écriture efficace, lisible et rapide », mais surtout « adaptée aux instruments et supports contemporains. ». Les choses changent.




LA FIN DE L'ÉCRITURE MANUSCRITE


Généghys

Si la lecture et l’écriture sont de plus en plus indispensables au quotidien, pourquoi enseigner cette technique aux gosses?

Il y a des jours comme ça, où on se demande si les responsables des divers départements des diverses institutions des éducations nationales ne sont pas dirigés par des andouilles ou pire, des obscurantistes.

Toujours est-il que ces «libres-penseurs» trouvent qu’un gosse assis sur un banc d’école avec une feuille blanche et un crayon sur sa table donne une image surannée, voire proto-historique; et comme tous les enfants maîtrisent les claviers des différents outils électroniques, pourquoi encore faire des cours d’écriture alors qu’on pourrait remplacer cela par des cours de dactylographie?! Voir pas de cours de dactylographie du tout puisque ces djeunzs tapotent sur les claviers des divers outils électroniques à la vitesse lumière. Sans compter que le futur nous réserve des logiciels qui transcriront d’eux-mêmes les textes récités.

Et pourquoi savoir tenir un feutre quand on peux dessiner avec le doigt sur les tablettes qui sont sensées nous libérer de toutes contraintes, même celle de tenir un crayon. On enregistre sur son mobile la liste de commissions…si encore on se déplace pour faire les courses puisque grâce aux sites de commandes en lignes, pourquoi devoir encore bouger son Q!

Dire qu’il y en a qui croient encore au fameux stylet numérique, un accessoire qui va faire aussi long que les anciens stylos scan qui n’ont pas pu suivre les updates des systèmes d’exploitation.
Pourtant, 45 États des USA ont décidé de ne plus rendre obligatoire les cours d’écriture manuscrite (rédigée à main levée, pour celles et ceux qui ont déjà oublié). Et comme on le sait depuis des lustres, ce qui se pratique aux Ètats-Unis vient tôt ou tard en Europe. Comptons une dizaine d’années! Mais comme on est dans le monde de la vitesse virtuelle, on peut penser que cela va très vite arriver chez nous. L’introduction de la tablette numérique sur certains bancs d’école peut faire penser que cette fois, une ânerie étasunienne ne mettra pas long pour être adoptée par l’Europe occidentale.

Le pire est que cette pratique est étudiée par Stéphane Bujadoux, conseiller pédagogique Tice (Technologies de l’information of the communication for l’enseignement) pour l’académie de Dijon (Éducation nationale):
« En Côte-d’Or, département qui se trouve dans la région de Bourgogne, des expérimentations des usages des tablettes sont en cours dans trois écoles et une douzaine d’autres sont programmées pour l’année scolaire prochaine. Au terme de ces expérimentations, un bilan des usages permettra d’évaluer la pertinence de ces outils dans les apprentissages et dans l’enseignement. Dans ces activités, le recours à l’écriture manuscrite sera probablement moins sollicité, à moins de privilégier l’équipement en tablettes numériques avec stylet, (bigre! Dire qu’il est Tice!). Quoi qu’il en soit, dans nombre d’autres activités, comme le sport et les travaux manuels…ou la musique, quel âne je fais! Bien sûr, il y a encore la musique où l’écriture manuscrite restera incontournable à l’école.»

François Granier ou Roland Labrégère, chercheur en éducation (Eduter-Agrosup Dijon) de rajouter:
«La connaissance, les savoirs, les productions culturelles sont le reflet de technologies dites nouvelles (mais pour combien de temps ?) Le développement des technologies et principalement celui, planétaire, du fait Internet, ont constitué les bases d’une société de la vitesse, de l’instantanéité et du renouvellement permanent. Cela ne manque pas de poser la question de la transmission didactique, mais aussi celle des valeurs et du sens patiemment élaborés par les générations précédentes. Le développement d’une société numérique à laquelle les jeunes générations adhèrent pleinement met-elle en difficulté les formes de la citoyenneté patiemment élaborées dans le cadre de l’école républicaine?»

En effet, très bonne question! (À laquelle je ne saurais que répondre devant tant de bon sens!)
N’avait-on donc point, dans les années 1800-1900, une belle bande d’illettrés qui vivaient très bien! Ils avaient des boulots de merde mais comme ils ne le savaient pas, ils n’en n’étaient pas moins mécontents, pourvu qu’ils aient un peu de pain à bouffer. D’ailleurs, à y regarder de plus près ce que nous réserve le monde, pourquoi apprendre à se péter le poignet pour écrire une note sur ce qu’il ne faut pas oublier?! Hein?!

À y regarder de plus près et en y réfléchissant mieux, il est vrai que nous devons prendre les USA de vitesse et imposer la tablette numérique dans les classes, oublier le vrai sens de l’enseignement et faire un peu d’éducation pendant que les parents bossent toute la journée.
2min, D lobe…

2m1, D lobe, à leur où blanchi la campagn,
Je partirè. Voitu, je C ke tu maten.
Jrè par la forè, Jrè par la montagn.
Je ne pui 2meuré loin de toi plu lontem.
Je marcherè lé yeu fixé sur mé pensé,
100 rien voir o deor, 100 entendr ok1 brui,
Seul, 1conu, le do courB, lé m1 croisé,
Trist, é le jour pour moi sera com la nui.
Je ne regarderè ni lor du soir qui tomb,
Ni lé voil o loin decendan ver arfleur,
Et kan jariverai, je métrai sur ta tombe
1 boukè de ou ver é de bruyèr en fleur.
Victor Ugo

Source 



Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Imprimer cet article
Envoyer à un ami