Allons voir Isabelle de Castille, le fantôme de Canterville et les autres

Venez tout près de l’ogre, les enfants…
Posté par: Claire Logre le: 12/02/2011
ÉMOTION RÉFLEXION



Sous la forme du journal intime, le destin de la future reine est fascinant et permet de comprendre ce qu’étaient les enjeux des mariages princiers, marchandages et échanges de garanties. Février 1466 à Ségovie, le carême débute sous la poigne de fer du terrible Torquemada. Pénitences et cahier de confession pour la jeune princesse exilée par son demi-frère Enrique qui règne à Madrid et entend la marier. Les prétendants vont changer au fil des alliances mais la jeune Isabelle va révéler un caractère trempé et parviendra à choisir son époux. Dans la même collection, on appréciera également l’ouvrage d’Isabelle Duquesnoy évoquant avec talent l’histoire d’amour de Constance et de Mozart, les oppositions familiales et les grandes difficultés matérielles. A partir de 10 ans.

Isabelle de Castille de Carlyne Meyer chez Gallimard, 190p à 9,5€.

Passons maintenant en BD à Annie craquante petite chatte de quatre mois, malicieuse qui n’en fait qu’à sa tête et conte sa vie quotidienne. Entre les sottises du jour vues à travers son prisme, l’apprentissage de la liberté et des règles de la rue, son étrange collaboration avec la souris domestique, l’existence d’Annie, visiblement appuyée sur une tendre observation de la gente féline, en attendrira plus d’un(e), tout jeune .
Miss Annie de Balthazar et Le Gall chez Dupuis, 80p à 20€.

Pour les plus grands « Le fantôme de Simon de Canterville » qui terrorise tous les habitants du manoir depuis plusieurs siècles. Aussi, le dernier descendant de l’auguste famille a-t-il fort honnêtement prévenu, de la situation, l’honorable ministre américain qui souhaite s’y installer en famille. Les Otis sont modernes et nullement effrayés par les revenants, spectres et squelettes. Le fantôme va se heurter à forte partie, jusqu’à en être découragé. Mais sa culpabilité l’oblige à hanter les lieux. Seule Virginia Otis, émue par sa solitude, sera prête à l’aider à rompre la malédiction. Drôle et tendre interprétation de la burlesque et inquiétante œuvre d’Oscar Wilde. A partir de 8 ans. 
Le fantôme de Canterville, illustration de Christophe Merlin chez Hachette 64p à 20€.

Quittons les fantômes pour les princesses ; en réalité une petite princesse capricieuse. Non contente de son unique anniversaire, elle en réclame un, deux, puis trois et finalement, personne ne lui refusant quoi que ce soit, un chaque jour de l’année. Mais l’attrait de la surprise s’émoussant, la lassitude finit par gagner et par redonner du sel à la situation antérieure. Comme il y a aujourd’hui beaucoup d’enfants gâtés et pourris, la morale de l’histoire peut servir aux parents en manque d’imagination. Et calmer quelques pestes en puissance. A partir de 4 ans.



Je veux deux anniversaires de Tony Ross chez Gallimard à 13,50E .

Terminons par du grand art. Déjà rien que le titre  en est un. Ah, le bouquin dont on ne sait s’il est pour un ado ou un adulte! Car c’est du La Fontaine, mais en mode sombre - sans être triste – tonalité convenant au fabuliste désillusionné par la nature humaine. Chacune de la douzaine de fables retenues, sur une double page, encadre le petit théâtre de la vie en relief où, sur un ciel de fond changeant, les deux personnages clefs se donnent la réplique. Le trait du parolier et celui de dessinateur piquent la poupée humanité. Car les petites bêtes à Dedieu et dessinées par lui sont, elles, bien sympathiques. A commander les yeux fermés. A partir de 7 ans.

Les Fables de La Fontaine mises en scène par Dedieu au Seuil 18E chacun des deux ouvrages.