Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Mercredi 20 septembre 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 0

Accueil >> Communautés vivantes
NEO ! MARINS-BERGERS DE PROVENCE IL Y A 8 000 ANS - Une exposition à visiter au musée de préhistoire de Quinson-en-Provence

NEO ! MARINS-BERGERS DE PROVENCE IL Y A 8 000 ANS


Une exposition à visiter au musée de préhistoire de Quinson-en-Provence




le

Se rendre à Quinson-en-Provence, petit village niché le long du Verdon dans les Alpes-de-Haute-Provence, constitue déjà un voyage en soi, à l'écart des axes autoroutiers et de la rumeur des grandes villes. Belle idée que d'avoir érigé, entre 1998 et 2001 à l'initiative du professeur Henri de Lumley, un bijou architectural en ces lieux pour y héberger un musée de préhistoire parfaitement intégré dans le paysage minéral des gorges calcaires, avec son long mur qui le relie au reste du village et pénètre à l'intérieur du bâtiment, comme un trait-d'union rocheux. 

Cet été, la visite de ce haut-lieu culturel et préhistorique longtemps piloté par le regretté Jean Gagnepain se justifie d'autant plus qu'une exposition hors du commun y est présentée, jusqu'au 30 novembre, permettant de se familiariser avec l'une des périodes les plus importantes de la préhistoire, de par l'impact qu'elle a eu sur l'évolution culturelle et technique humaine, le Néolithique. 

"Néo! Marins-bergers de Provence il y a 8000 ans" nous plonge en effet dans le quotidien familier et spirituel de ces peuples, à travers trois thèmes principaux, mis en scène avec un soin esthétique et pédagogigue remarquables. «Dans l'espace maritime, explique la directrice du Musée Sophie Marchegay, on découvre ainsi que entre 6000 et 2000 ans avant Jésus-Christ, les hommes maîtrisaient parfaitement la navigation. Marins chevronnés, ils naviguaient en effet en Méditerranée ou par voie fluviale à la conquête de nouveaux territoires ».

 

Autre thème mis en avant, le remodelage, par les hommes du Néolithique, des anciens paysages en terroirs agricoles. Le troupeau n'est pas seulement utilisé pour la viande mais aussi pour ces produits dérivés comme le lait et les fibres. Par ailleurs, de nouveaux outils en pierre polie sont créés. C'est la naissance de l' « artisanat » qui fait l'objet de nombreux échanges.

 

Enfin, l'espace symbolique présente les pratiques funéraires au Néolithique. Parmi les objets exposés, un crâne d'enfant découvert dans la grotte de Fontbrégoua qui fait aujourd'hui débat. Selon Jean Courtin, cet objet pourrait prouver que les populations préhistoriques ont pratiqué l'anthropophagie (consommation de chair humaine). 


L'apport à l'exposition de Jean Courtin, figure majeure de la préhistoire provençale et française, est d'ailleurs majeur, au point de lui associer son nom. Un juste hommage à une figure incontournable de la recherche : En Provence, ce sont en effet plusieurs fouilles menées par ce chercheur qui ont mis au jour de très nombreux objets archéologiques exposés pour la première fois au public, plus de 150 au total dans les vitrines du musée... Autant d'objets qui ont permis de comprendre comment s'est organisé le premier monde paysan en Provence, et les modalités du véritable tournant dans l'histoire de notre évolution que constitue le Néolithique. Jusque-là chasseurs-cueilleurs nomades, nos ancêtres deviennent sédentaires, commencent à dominer la nature et inventent l'agriculture et l'élevage. Un changement profond des mentalités et des modes de pensées se met alors en place, dont nos sociétés contemporaines constituent le dernier développement… pour l'instant.

La visite de l'exposition peut utilement et agréablement être complétée par une randonnée à la grotte de Baume Bonne, site archéologique qui surplombe le Verdon, et qui se découvre de manière organisée sous la conduite d'un guide du musée. Cette cavité, longtemps fouillée par Jean Courtin et ses équipes, témoigne d'une présence humaine en ces lieux depuis 400 000 ans. 

A la mi-juillet, on pourra aussi profiter, gratuitement, des 24ème Journées de la Préhistoire de Quinson, les 18 et 19 juillet 2015. Pendant un week-end, le village vit à l'époque de nos ancêtres à travers de nombreux ateliers et démonstrations : taille de silex, cuisine préhistorique, cuisson de poteries, tir à l'arc. Les Journées de la Préhistoire, c'est aussi l'occasion de discuter avec des scientifiques, préhistoriens et archéologues qui vous expliqueront tout sur leur métier. A noter, enfin, le nouveau site Internet du Musée de Quinson, très agréable du point de vue de son usage et moderne par sa conception graphique et son ergonomie. 


Jean Courtin, spécialiste du Néolithique et de l'Age du Bronze, Jean Courtin a exploré pendant des années les grottes de Provence. Directeur de recherches au CNRS, ce préhistorien et archéologue est né en 1936. Dans le Verdon, cet infatigable scientifique a mené des fouilles dans les gorges de Baudinard, la grotte Murée de Montpezat, l'Abri du Capitaine, la grotte de l'Eglise. Il a fouillé pendant 20 ans la Baume Fontbrégoua à Salernes. Ses travaux ont été déterminants dans le renouvellement des connaissances préhistoriques provençales. Plongeur confirmé, Jean Courtin a également mené pendant des années les travaux de recherches de la célèbre grotte Cosquer à Marseille, avec Jean Clottes, conservateur général du patrimoine et spécialiste de l'art paléolithique. 


Infos pratiques  

Lieu de l'exposition : Route de Montmeyan , 04 500 Quinson , tél : 04 92 74 09 59 
Site internet : www.museeprehistoire.com 
Plein tarif : 7 € , tarif réduit (jeune de 6 à 18 ans, étudiant, demandeur d'emploi, bénéficiaire RSA, personne handicapée) : 5 € , Gratuité pour les moins de 6 ans .




Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Communautés vivantes