Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Lundi 26 juin 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 1

Par: Srinagar le 12/08/2015


Pour avoir souvent voyagé dans ce pays, je pense que la promotion actuelle du yoga et du sanscrit (une langue pas si morte que vous le dites puisqu'elle demeure utilisée par les religieux hindouistes, l'hindouisme étant la première religion du pays), par le gouvernement indien, ne tient pas trop, malgré le discours officiel, au désir de faire partager au monde ses deux "trésors" indiens.

 

C'est oublier un peu vite que la coalition gouvernementale est dirigée par le BJP (parti hindouiste modéré). Cette campagne, officiellement destinée à l'étranger, me semble bien plutôt dirigée habilement vers les Indiens eux-mêmes. Je pense qu'il s'agit de rapeller notamment aux jeunes Indiens (hindouistes), tentés par une certaine occidentilisation et/ou moins respectueux des obligations religieuses (dont le système des castes qui imprègne si profondément la société, même s'il est officiellement interdit), que l'Inde a ses propres valeurs hindouistes. Le yoga étant une pratique de méditation avant d'être un exercice sportif. Quant au sanscrit, il est la langue sacrée de l'hindouisme (le discours sur les logiciels, etc me semblant être de la communication assez primaire).

 

Par ailleurs, des spécialistes des arcanes de la politique indienne, dont je ne suis pas, pourraient y voir une façon de redonner un peu de dynamisme à un gouvernement peinant à relever les défis quotidiens d'un milliard d'habitants.

Certaines "associations culturelles" visant à protéger l'hindouisme (dont la très influente et discrète RSSS), qui inspirent la poltique du BJP, ne sont sans doute pas étrangères à ce subit intérêt gouvernement pour le yoga et le sanscrit ...

 

Enfin, l'affirmation selon laquelle le sanscrit était répandu en Asie du Sud-Est est partiellement fausse. A l'époque de l'empire khmer (puisque les Viets, Thaïs, Birmans sont arrivés plus tard) et de ses ennemis chams (devenus musulmans ultérieurement), la religion officielle était le brahmanisme (c'est--à-dire l'hindouisme). Ce sont des religieux hindous, accompagnant sans doute des marchands du sous-continent, qui ont converti cet espace à l'hindouisme. Mais bien vite le sanscrit a cédé le pas à l'alphabet local, ce qui a permis de répandre plus facilement cette religion. Les temples

d'Angkor en témoignent. C'est dans un deuxième temps que toute la région fut convertie au boudhisme. C'est toujours la religion majoritaire de toute cette région, malgré certains groupes très minoritaires qui ont adopté l'islam (Chams, Khmers islam, sud de la Thaïlande), ou le christianisme (Vietnam). Quelques minorités montagnardes (Laos-Vietnam) demeurent animistes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Communautés vivantes

Accueil >> Communautés vivantes
LA CULTURE INDIENNE - De nouveau rayonner dans le monde !

LA CULTURE INDIENNE


De nouveau rayonner dans le monde !




le
modifié le 10/08/2015 à 15:38h

L'Inde démontre sa ferme volonté de renforcer son identité nationale.

Après l'établissement de la Journée mondiale du yoga et le lancement d'une campagne d'envergure de vulgarisation de cette pratique traditionnelle dans le monde entier, le pays est prêt à partager avec le monde un autre trésor de son patrimoine culturel: le sanscrit. Cela a été annoncé à la 16e Conférence mondiale du sanscrit inaugurée dimanche à Bangkok. Prenant la parole devant les délégués de 60 pays du monde, la ministre indienne des Affaires étrangères, Sushma Swaraj, a noté que cette langue universelle, à la fois ancienne et moderne, était capable de transformer le monde.

Elle a cité les résultats des recherches des scientifiques indiens ayant démontré que le sanscrit pourrait également jouer un rôle important dans le développement des logiciels pour la reconnaissance des langues, la traduction, la cybersécurité et la recherche dans le domaine de l'intelligence artificielle.

Cette démarche tout à fait sérieuse liée à l'étude du sanscrit et aux projets de diffusion de cette langue indienne ancienne est confirmée par la récente décision du gouvernement indien d'établir un nouveau poste au sein du ministère des Affaires étrangères, à savoir un vice-ministre des Affaires étrangères pour l'utilisation du sanscrit (Joint Secretary for Sanskrit).

Le sanscrit, qui était largement répandu sur le territoire de l'Asie du Sud du XXe au Xe siècle av. J.-C. environ, n'est pratiquement pas parlé dans l'Inde moderne. Selon certains classements, il est même classé parmi les langues mortes. Ainsi, la décision du gouvernement indien de promouvoir des réalités culturelles si anciennes est un pas assez inattendu qui témoigne, en même temps, du nouveau rôle de l'Inde dans le monde et de la volonté de ce pays d'exercer davantage d'influence dans les affaires globales.

Illustration en tête d'article : Taj Mahal 
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Communautés vivantes