Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Jeudi 21 septembre 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 2

Par: Florian 78 le 21/08/2015


Les Guaranis furent protégés aux XVIIe et XVIIIe siècles par les "jésuites casqués" du Paraguay, contre les mêmes prédateurs qu'aujourd'hui. Ils étaient alors 150 000. Et quand les jésuites furent chassés par leurs gouvernements, les Guaranis perdirent leurs protecteurs et furent pourchassés par des marchands d'esclaves.
Communautés vivantes

Par: Nathalie Borrel le 21/08/2015


Ce qui arrive aux Guarani du Brésil arrivera "aux autochtones de souche chrétienne français lorsqu'ils deviendront minoritaires sur la terre de leurs ancêtres " Tiré de la love story "les corps indécents". L'immigration-invasion ne leur fera pas de cadeau. Et ils commencent (enfin) à le comprendre. 
Communautés vivantes

Accueil >> Communautés vivantes
UN PEUPLE MENACÉ - Les Guarani du Brésil

UN PEUPLE MENACÉ


Les Guarani du Brésil




le
modifié le 20/08/2015 à 20:50h

Des milliers de Guarani survivent sur de petites parcelles de leurs terres ancestrales dans la crainte d’être expulsés de force. Les Nations Unies ont appelé le gouvernement brésilien à agir de toute urgence car des hommes de main armés encerclent plusieurs communautés guarani, menaçant les Indiens d’une attaque imminente.

À l’arrivée des Européens en Amérique du Sud il y a plus de 500 ans, les Guarani furent parmi les premiers peuples à être contactés. Ils sont aujourd’hui environ 51 000 au Brésil, répartis dans sept Etats, ce qui fait d’eux la plus nombreuse population indigène du pays. De nombreuses autres communautés guarani vivent sur les terres voisines du Paraguay, d’Argentine et de Bolivie. Les Guarani se divisent en trois groupes distincts : les Kaiowá, les Ñandeva et les M’byá. Les Kaiowá, qui signifie ‘peuple de la forêt’, sont les plus nombreux. Les Guarani sont profondément spiritualistes. De nombreuses communautés ont une maison de prières et un leader religieux dont l’autorité est fondée sur le prestige plutôt que sur le pouvoir.

Des milliers de Guarani survivent sur de minuscules parcelles qui leur restent de leurs terres ancestrales dans la crainte permanente d’être expulsés de force. Un porte-parole guarani de la communauté de Tey’i Jusu a rapporté cette semaine que des hommes de main armés patrouillaient quotidiennement dans la zone et qu’un conflit pouvait survenir à n’importe quel moment… « Nous mourrons pour nos terres s’il le faut ».

Plusieurs leaders guarani ont déjà été assassinés pour avoir lutté pour récupérer leurs terres ancestrales qui leur ont été spoliées il y a des décennies. Elles sont désormais occupées par des fermes d’élevage et des plantations de soja, de maïs et de canne à sucre. Alors que les éleveurs tirent d’importants bénéfices de ces terres, les Guarani souffrent de conditions de vie déplorables au bord des routes ou dans des réserves surpeuplées où suicides et malnutrition sont monnaie courante.

Une récente vidéo ( voir ci-dessous) montre des éleveurs menaçant la police militaire et des agents du gouvernement les accusant d’aider un Guarani à retourner sur son territoire. Victoria Tauli-Corpuz, rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits des peuples indigènes, a appelé à mettre fin à la violence et à la campagne de terreur menée par les éleveurs.

Les Guarani sont l’une des premières communautés à participer au projet de Survival International "Voix indigènes". Le projet apporte aux communautés indigènes les dernières technologies de communication pour pouvoir transmettre des messages vidéo au monde entier. Ils peuvent ainsi faire part en temps réel de leurs situations et de leurs luttes pour survivre. Les Guarani l’ont décrit comme "une nouvelle arme" dans leur lutte pour leurs terres.
 
Les Guarani font pression sur le gouvernement brésilien pour qu’il respecte ses obligations légales : protéger les Guarani et démarquer leurs terres ancestrales pour leur usage exclusif avant que d’autres membres de la communauté ne perdent la vie.

*Survival aide les peuples indigènes à défendre leur vie, protéger leurs terres et déterminer leur propre avenir. Fondée en 1969, Survival commémore son 45ème anniversaire cette année.

Illustration en tête d'article : adulte Guarani (des milliers de Guarani survivent sur de petites parcelles de leurs terres ancestrales dans la crainte d’être expulsés de force).

Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Communautés vivantes