Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Lundi 21 août 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 1

Par: face_de_craie le 03/09/2015


L'Ahnenerbe devait sans doute chercher en terres germaniques, nordiques et non en terres slaves, eurasiatiques. Cependant je ne suis pas sûr qu'on puisse qualifier les populations qui vivaient dans l'Oural il y a 11.000 ans d'Eurasiatiques et encore moins de Slaves.
Mémoire des peuples

Accueil >> Mémoire des peuples
SHIGIR : L’IDOLE QUI VIENT DU FROID - Il y avait de la lumière boréale avant la lumière orientale

SHIGIR : L’IDOLE QUI VIENT DU FROID


Il y avait de la lumière boréale avant la lumière orientale




le

Si les scientifiques pensaient, jusque là, que la culture artistique eurasienne s'était développée par le biais des civilisations du Moyen-Orient, une découverte démontre que les civilisations de l'Oural n'étaient pas moins modernes sur ce plan.

Une idole de bois mystérieuse trouvé dans une tourbière de Russie serait âgée d’environ 11.000 ans et elle contient un code que personne ne peut déchiffrer. Les experts russes pensent que les étranges gravures peuvent contenir un système de croyance, l’équivalent de la Genèse de la Bible…. Il faut être très prudent car ce serait alors une découverte majeure et changeant l’approche de l'histoire des civilisations.

Ce serait donc peut-être finalement ce que les nazis ont cherché en vain et qui est ridiculisé aujourd'hui avec l'institut de l’Ahnenerbe qui mettait l'archéologie au service de l’idéologie, ce qui d’ailleurs n a guère changé. Les nazis  cherchaient une sorte de bible aryenne avant la bible judéo-chrétienne pour justifier leur vision suprématiste du monde. 

L'Ahnenerbe, traduit par « Héritage ancestral » (ou plus exactement Ahnenerbe Forschungs und Lehrgemeinschaft, c’est-à-dire « Société pour la recherche et l'enseignement sur l'héritage ancestral »), était un institut de recherches pluridisciplinaire nazi, créé par le Reichsführer-SS Heinrich Himmler, Herman Wirth et Walther Darré le 1er juillet 1935. Intégré aux SS en janvier 1939, l'Ahnenerbe avait son siège à Munich. L'institut avait pour objet d'études « la sphère, l'esprit, les hauts faits et le patrimoine de la race indo-européenne nordique » avec comme outils la recherche archéologique, l'anthropologie raciale et l'histoire culturelle de la « race aryenne ». Son but était bien sur de prouver la validité des théories nazies sur la supériorité raciale des « Aryens » et l'existence d’une culture boréale avant la culture orientale d’où toute civilisation serait sortie. Échec total et, après la guerre, discrédit complet avec le retour de la lumière venue d orient comme des origines africaines de l'homme etc.…

Une découverte peut à nouveau tout changer ou du moins tout relativiser

L’idole de Shigir est deux fois plus vieille que les pyramides et Stonehenge. Elle est de loin la structure en bois la plus ancienne dans le monde. Ce qui est encore plus mystérieux, c’est le fait qu’elle est couverte de ce que les experts décrivent comme un « code crypté », un message d’une civilisation perdue. Trouvée dans la tourbière, la statue mesurait originellement 5,3 mètres selon la reconstitution des fragments retrouvés proposée par l'archéologue Vladimir Tolmachev en 1914, mais a été amputée lors de l'ère soviétique. De la statue, il ne reste aujourd'hui que 2,8 mètres et un mystère toujours entier sur sa signification.


Selon Mikhail Zhilin, chercheur à l'Institut d’archéologie de l’Académie russe des Sciences, « la couche supérieure de la sculpture est entièrement recouverte d'informations cryptées. La population se transmettait alors son savoir à l'aide de l'idole », comme il l'a expliqué au Siberian Times.

La statue avait été datée comme étant âgé de 9.500 ans, après sa découverte dans une tourbière il y a 125 ans, le 24 janvier 1894. Mais des chercheurs de Mannheim, en Allemagne ont utilisé la spectrométrie de masse accélérée sur de petits fragments de la sculpture, et ont trouvé qu’elle est âgée d’au moins 11.000 ans.

Cela signifie que la sculpture date du début de l’Holocène, l’époque où l’homme a commencé à dominer le monde. Cette période entamée à 10.000 ans av. J.-C. est une ère charnière pour l'Humanité, qui a vu les civilisations humaines dominer les éléments naturels et faire des avancées technologies conséquentes.

Décidément le savoir archéologique est une révision  permanente de ce que l’on croyait acquis et sa manipulation idéologique, l'instrumentalisation des découvertes incitent à la plus extrême prudence.

Ce qui ne signifie pas bien sur cacher les vérités et leurs conséquences même gênantes pour l’archéologie officielle liée à l’idéologie dominante.
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Mémoire des peuples