Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Jeudi 19 octobre 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 2

Par: john Wayne le 21/10/2015


Très bon article de M  Gay  !  Le nucléaire est propre ,bon marché ...etc  ! 
Grand marché

Par: L. N. le 21/10/2015


Encore une victime de "l'illusion du progrès"... Ce n'est en rien "céder à l'idéal rousseauiste" que de ne pas vouloir finir comme les habitants de Tchernobyl ou Fukushima.
Grand marché

Accueil >> Grand marché
L’ÉCOLOGIE : UNE DICTATURE - Le cave se rebiffe

L’ÉCOLOGIE : UNE DICTATURE


Le cave se rebiffe




le

La production d'énergie d'un pays est une chose sérieuse. Elle est un des piliers qui détermine le mode de vie d'une société. Sans une production d'énergie abondante et bon marché, les civilisations modernes s'écrouleraient d'elles-mêmes. C'est probablement ce que cherchent les "décroissants", altermondialistes et autres rêveurs dangereux adeptes d'une certaine "écologie" du retour à un passé idéalisé. 

Le procédé est simple. Il faut détruire ce qui fonctionne, notamment le nucléaire, pour le remplacer par des moyens qui conduisent à des impasses techniques et économiques comme, par exemple, l'éolien et le solaire photovoltaïque. La société moderne de consommation "capitaliste" n'y résistera pas et implosera de l'intérieur. Le but recherché sera atteint.

La production électrique de nos centrales nucléaires sans émission de CO2 est pourtant une énergie durable. Les réserves d'uranium sur terre peuvent alimenter les futurs réacteurs dits "surgénérateurs" pendant des milliers d'années. Ils pourront faciliter grandement la transition énergétique en évitant durablement d'importer et de consommer des énergies fossiles,… si c'est bien uniquement ce que l'on veut.

En effet, au-delà du débat sur la transition énergétique, on nous propose un changement de société fondé sur des restrictions obligatoires et orchestrées au plus haut niveau. Des reportages mensongers jouant sur l'émotionnel doivent nous faire peur (le langage politiquement correct dit "arriver à une prise de conscience") puis, ensuite, des lois seront imposées "naturellement" pour organiser le rationnement. 

L'objectif est de détruire ce qui fonctionne pour le remplacer partiellement par des énergies "vertes" intermittentes comme l'éolien et le photovoltaïque (PV), tous les deux inefficaces et beaucoup plus chers lorsqu'on additionne les moyens de compléments et les éventuels stockages. Le PV, notamment, est quatre à cinq fois plus cher, improductif par nature le soir (un des moments où la consommation d'électricité est la plus importante), et sa production est faible par mauvais temps, surtout en hiver. 

Le stockage de grandes quantités d'électricité (au niveau du besoin d'une nation) n'est toujours pas possible, ne serait-ce que quelques heures. Il faudrait multiplier par 25 les capacités des stations de transfert d'énergie par pompage (STEP, c'est-à-dire de grands barrages avec deux retenues d'eau) existantes en Europe alors que les sites favorables sont déjà saturés.

Au-delà de ces considérations fumeuses sur la transition énergétique, c'est bien vers un changement de société fondé sur le rationnement imposé que certains idéologues veulent nous conduire, sans l'avouer, par la contrainte réglementaire.

Des militants "verts" veulent m'imposer de consommer moins d'énergie pour répondre à leur idéal rousseauiste (la nature est bonne), et aussi parce qu'ils souhaitent éliminer "le nucléaire".

Chacun mène sa vie comme il veut, quand il le peut. Mais qu'on veuille aujourd'hui m'entraîner par la loi et par la contrainte morale à partager cet "idéal" de sobriété et de frugalité alors qu'on peut faire autrement, alors non ! Je refuse !

En tant que citoyen, contribuable et consommateur je m'indigne de la manière dont certains élus nous conduisent vers cette dérive insidieuse et je m'insurge devant un tel projet de dictature larvée, fut-elle "verte". 

Dit autrement : "le cave se rebiffe ! "
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Grand marché