Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Lundi 18 décembre 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 2

Par: Dione le 31/10/2015


Les riches ne quittent pas lâchement la France. Ils ont mille fois raison de le faire. Il faut être cinglé pour rester en France et se faire plumer, déposséder de toute une vie de travail.  Demain sera bien pire qu'aujourd'hui et je ne suis pas certain que les chances pour la France paieront les retraites quand on sait que la plupart des chances pour la France sont socialement assistés. Barrez-vous les jeunes l'avenir en France se conjugue au passé. L'immigration invasion actuelle va donner le coup de grâce.
Dérapages

Par: lhomme le 31/10/2015


Précisons : Parmi les contribuables dont le revenu fiscal de référence est supérieur à 100 000 euros (265 382 euros en moyenne), il y a eu 3 744 départs à l'étranger en 2013, soit 40 % de plus qu'en 2012. Concernant les revenus supérieurs à 300 000 euros, la tendance est encore plus marquée : 659 expatriations en 2013, soit 46 % de plus qu'en 2012. Enfin, pour les redevables de l'ISF, on a décompté 714 départs, soit 15 % de plus qu'en 2012. Ce sont des rythmes de hausse bien plus rapides que pour le nombre global de Français qui s'expatrient ( + 6 % par an en moyenne). Les riches quittent donc le pays mais on l'aura compris pas forcément pour échapper aux immigrés (ils ne les voient pas trop) mais pour échapper aux impôts qui paiera demain les immigrés. Au bout du compte, si la France devient un pays de cailleras, c'est avant tout qu'elle s'appauvrit, qu'elle est surtaxée et que les riches et les investisseurs s'en vont. Ici, les socialistes comme les Républicains ont eu la même politique de racket fiscal vis à vis des forces vives de la nation, les entrepreneurs et les patrons. Ils quittent donc lâchement le navire en laissant aux autres le soin de ramasser les poubelles. ML.

 

Dérapages

Accueil >> Dérapages
FRANCE, LE PAYS OÙ IL NE FAIT PLUS BON VIVRE ? -

FRANCE, LE PAYS OÙ IL NE FAIT PLUS BON VIVRE ?





le

Un sondage, mené cet automne en milieu estudiantin dans divers pays d’Europe et d’Amérique du Nord, classe la France au 19ème rang des pays « où il fait bon vivre », loin derrière de nombreux pays réputés moins riches. Est-ce étonnant ?


Il est bien loin le temps où les Allemands disaient : « Heureux comme Dieu en France »… à moins que, par une géniale anticipation, ils n’évoquaient la situation en Gaules d’un Allah exotique au XXIe siècle. Lorsque l’on a connu la France des années 1960-80 – c’est l’un des rares privilèges que l’on obtienne par la vieillesse -, l’on peut très facilement comprendre la dégringolade en matière d’attraction pour les étrangers hautement désirables (les gens honnêtes, intelligents et travailleurs) et l’entrée dans la zone de répulsion, éprouvée par des Français autochtones de grande qualification technique et de haute valeur morale. Pourquoi vivraient-ils dans une France aveulie et se complaisant dans sa médiocrité, envahie d’extra-Européens de comportement agressif, voire parasitaire, et continuant inlassablement d’en accueillir de nouveaux ?
 
À partir de 1981, de soi-disant socialistes ont fait entrer la France dans le monde merveilleux de l’économie globale et de la mondialisation des vies politique et sous-culturelle. Les politiciens de la droite molle et du centre marécageux ont poursuivi ce chemin, pavé d’or pour eux-mêmes et leurs familles, à défaut de l’être pour la Nation. Délocalisations d’entreprises, restructurations et « plans sociaux » ont fait passer le chômage réel (pas obligatoirement celui annoncé par les organismes truqueurs de statistiques) d’1,5 million en avril 1981, à 3 millions en 1983 et à plus de 5,3 millions de nos jours. Beaucoup de chômeurs, gavés d’allocations et de stages de formation plus ou moins utiles, se sont contentés d’engraisser, de s’alcooliser et de vivoter sans projet d’avenir. En 2015, des centaines de milliers de Français diplômés d’Université sont chômeurs ou sous-employés (donc sous-payés), insatisfaits, indéniablement aigris.
 
On conçoit que l’attraction soit faible pour des Européens ou des Canadiens cherchant un lieu de vie étranger et qu’une répulsion se fasse jour chez de nombreux diplômés autochtones aventureux. C’est le schéma inverse de ce que l’on constatait durant les années 1970-80.
 
Il est une autre cause à cette double désaffection : l’immigration-invasion des Africains (noirs et maghrébins) et des Moyen-Orientaux, apportant avec eux leurs haines racistes anti-Blancs, leur religion médiévale, fanatique et conquérante, l’islam, important sur le sol français la guérilla – par définition extra-européenne – entre Juifs et musulmans, au nom de la lutte antisioniste, indifférente par essence à tout Français autochtone.
 
À terme, soit dans un demi-siècle, même sans l’intervention des terroriste « fous d’Allah », par le simple jeu de la différence de rythmes de reproduction entre autochtones victimes de la sottise féministe et immigrés à la démographie de primitifs, il est évident que l’on assistera au « génocide mou », à la substitution de population dominante, à l’instauration d’un État islamique en France (et en Belgique, en Allemagne, en Grande-Bretagne etc.). 

Les Français, veules autant que sottement accueillants, auront transformé en un Enfer, régi par la charîa, ce qui avait été, sinon un Éden, du moins un pays où, en dépit de querelles politiques et sociales devenues avec le temps non sanglantes, il faisait bon vivre.

On peut soit constater tristement le résultat logique du sondage évoqué plus haut, voire reconnaître qu’une 19ème place, c’est peut-être inespéré, quand l’on sait ce qui se passe à Roubaix, Marseille, Montpellier, Tours-Nord et Joué-lès-Tours, Rouen-Sottevilleetc. (soit plus d’un millier de « cités de non-droit », dominées par ce que l’on appelle à bon droit la « racaille immigrée »), soit s’insurger, ce qui revient à chasser les politiciens ineptes, inaptes et corrompus, renvoyer massivement les extra-Européens dans leurs continents d’origine (Afrique, Proche-Orient, Asie du Sud-Ouest) – en conservant les Extrême-Orientaux travailleurs et calmes s’ils se plaisent chez nous et demeurent en faible nombre -, enfin se lancer dans l’aventure de l’union des nations autochtones d’Europe… c’est, pour les vrais Européens, le défi du XXIème siècle.
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Dérapages