Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Mercredi 20 septembre 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 0

Accueil >> Mémoire des peuples
DES HOMMES S’ÉTAIENT INSTALLÉS A GAP, IL Y A 4000 ANS  - Une découvert de l'INRAP dans la plaine de Lachaup

DES HOMMES S’ÉTAIENT INSTALLÉS A GAP, IL Y A 4000 ANS


Une découvert de l'INRAP dans la plaine de Lachaup




le

On savait déjà que Vapincum, l’antique cité de Gap, avait été créée il y a environ 2000 ans, par les Romains. On sait désormais que les premiers habitants de Gap se sont probablement installés à la plaine de Lachaup, il y a environ 4000 ans. Des fouilles archéologiques viennent en effet de s’achever sur la zone d’activités, qui doit notamment accueillir des concessions automobiles et d’autres entreprises. Elles ont révélé la présence d’une vingtaine de foyers à pierres chauffantes, qui devaient servir au boucanage et au séchage de la viande, et de trous de poteaux, qui auraient pu servir de base à un habitat ou à des greniers, les deux zones étant séparées par un fossé qui devait permettre l’évacuation de l’eau.


Les premiers résultats de ces fouilles ont été révélés, ce mercredi, par Frédérique Verlinden, conservatrice en chef du Musée Muséum départemental et de la Cara (Cellule alpine de recherches archéologiques), et par Roger Boiron, responsable de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) pour les Alpes du Sud, le Var et le Vaucluse, en présence de Bénédicte Ferotin, vice-présidente du Département chargée du patrimoine culturel. Cette zone faisait l’objet d’une prescription de fouilles par la Drac (Direction régionale des affaires culturelles), en raison d’un diagnostic archéologique qui avait détecté la présence de vestiges.

De fait, la dizaine d’archéologues de l’Inrap qui sont intervenus, épaulés par ceux de la Cara, sur ces fouilles réalisées sur 5000 m², ont mis à jour des céramiques, des silex, des graines, des foyers et des trous de poteau, avec des pierres de calage. S’il ne nécessite pas d’être conservé, ce site archéologique révèle en revanche des informations intéressantes, dans la mesure où c’est la première trace d’habitat néolithique (la période où l’homme se sédentarise après avoir été « cueilleur-chasseur ») sur la commune de Gap.

Selon M. Boiron, les éléments découverts permettent de dater approximativement cette présence autour de 2000 avant JC. Des bûches de bois, parfois encore entières, ont été prélevées et permettront une datation précise au carbone 14, de même que les graines. Ces analyses diront également si les foyers découverts sont tous contemporains ou s’ils ont été réalisés à des périodes différentes, et si les bâtiments voisins ont vu le jour au même moment. Quant aux trous de poteau, ils révèlent un plan, que les archéologues vont étudier plus avant pour tenter de déterminer quel type de bâtiment existait ici (maisons ou greniers).

« Nous n’avions pas encore trouvé de site de ce type-là dans le Gapençais, même s’il en existe d’autres dans le département, relève Audrey Copetti, archéologue à la Cara. Nous avions quelques objets découverts ici ou là, mais aucun vestige concret. » D’où l’importance de cette découverte pour la connaissance de l’occupation humaine dans les Hautes-Alpes.

Illustration en tête d'article : Les fouilles ont été réalisées pendant deux mois sur 5000 m².
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Mémoire des peuples