Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Samedi 21 octobre 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 2

Par: Olivier DEVALEZ le 24/11/2015


Nous ne sommes pas en proie à une guerre conventionnelle, mais à une guerre révolutionnaire. L'importance des cibles atteintes (l'avion russe, les bars et restaurants, ainsi que le Bataclan) est stratégiquement nulle, les moyens employés (un kilo de TNT, quelques Kalachnikov, des grenades et une douzaine de dégénérés qui ne feront pas défaut à l'EI) ridicules, mais le résultat immense, et au niveau mondial.
L'EI ne cherche pas à déstabiliser la France (quoiqu'il ait montré qu'il ne faut pas grand chose pour tout y désorganiser pendant des jours et obliger l'état à engager des dépenses se chiffrant en millions, voire milliards d'euros pour quelques milliers d'euros investis). Il veut apparaître comme le seul recours aux musulmans qu'il espère voir être la cible de représailles, suivant là encore le principe révolutionnaire de la provocation entraînant la répression.
Le véritable ennemi de la France, ce n'est pas l'EI qui a été financé et instrumentalisé par celle-ci et son maître américain, mais ceux qui ont permis le développement d'une minorité musulmane en France, font leur possible pour affaiblir et endormir la population autochtone et répriment depuis plus de 40 ans les vrais patriotes.
Futuropolis

Par: lanceray le 23/11/2015


Cher Monsieur Randa,
la semaine dernière vous lanciez un vibrant:Ah! les cons. Ces gens récidivent,eux , si injustement visés
dans les quartiers bobos de Paris. Ils n'ont rien compris
et manifestaient hier alors que c'est interdit et ils manifestaient en faveur des hordes de clandestins qui
continuent d'envahir une Europe pleine à craquer.
Des millions d'étrangers ont d'excellentes raisons d'en
vouloir aux actes des dirigeants français et aux merdias. Citons:
les boats peoples méprisés par le Monde
les Touaregs fatigués d'être attaqués par les Français depuis 50 ans .
Les Serbes livrés aux trafiquants d'organes sous le consulat de Kouchner.
les Iraniens trahis par Giscard et 30 ans plus tard privés de pièces de rechange pour leurs Peugeot. 
Les Libyens nostalgiques d'une prospérité et sécurité apportée par Khadafi.
les Afghans , parce qu'on est allé chez eux sans demander la permission.
Les Ukrainiens russophones bombardés par les guignols sanglants de Maidan .
les Syriens loyaux à Assad ,président d'un état multiculturel au milieu d'un monde de fanatiques.
  J'en oublie et leur demande pardon d'avoir oublié leurs hurlements de détresse.
Mais les cons sont toujours là , ils ont même fait des 
petits , passant de 20% de la population (hypothèse
basse) à 27 % en une semaine , et se permettent de manifester.
 Mais ce ne sont pas ces victimes qui ont tué dans Paris , mais des Français fabriqués volontairement depuis 40 ans par les fanatiques immigrationnistes ,de droite (?) et gauche confondue

Depuis l'Algérie , mes larmes sont sèches  d'avoir vu trop d'horreurs et entendu tant de mensonges.Mais 
les cons devraient commencer à réfléchir car une épuration viendra pour permettre à la France et à
l'Europe de reprendre leur place au sein des civilisations.


Futuropolis

Accueil >> Futuropolis
LES DÉBUTS DE L’HÉCATOMBE DROITS-DE-L’HOMMISTE -

LES DÉBUTS DE L’HÉCATOMBE DROITS-DE-L’HOMMISTE





le
modifié le 25/11/2015 à 10:44h

129 morts et 159 blessés dont certains « graves » (plus de 80),  alourdiront inévitablement le bilan mortifère final ! Il est certes difficile pour les médias d’aborder d’autres sujets de préoccupations des Français qui sont désormais en « état de guerre » comme l’a martelé le premier d’entre eux depuis 2012. Un François Hollande qui a instauré dans notre pays, à cause de cela, l’état d’urgence après les attentats du vendredi 13 novembre dernier.

Une question ne semble guère perturber les observateurs qualifiés, comme il est d’usage de les nommer : pourquoi la France ? Pourquoi sur notre sol les attentats terroristes les plus meurtriers quantitativement depuis la fin du dernier conflit mondial ?

Il y a peu, un Airbus A321 d’une compagnie russe explosait en vol. Une action revendiquée par l’État islamique (EI), logique contre un pays qui avait décidé une intervention militaire d’importance (enfin !) contre lui et à laquelle la Chine et l’Iran s’étaient immédiatement joints.

Mais la France ? 

Une France dont le président voulait il y a quelques mois encore guerroyer contre le régime de Damas en soutenant ses opposants islamistes !

Une France dont le président n’avait de cesse de fustiger Wladimir Poutine, refusant de soutenir son action en s’engageant dans la vaste coalition internationale que le Maître du Kremlin réclamait !

Une France qui avait certes, voici peu, entrepris de bombarder l’EI, mais si symboliquement, si timidement, si inutilement que son action était considérée par tous avec un évident mépris condescendant.

Alors pourquoi l’État islamique a-t-il frappé – du moins comme il s’est empressé de le revendiquer – une France si grotesque sur le plan international  et si peu dangereuse militairement? Et par des attentats parmi des civils dont l’ampleur ne peut que soulever l’indignation du Monde entier ?

Ne serait-ce pas parce que la France serait le pays le plus propice à exporter le djihad ? Par le discrédit international de sa politique extérieure ! Par son gouvernement au plus bas dans les sondages ! Par sa Ministre de la Justice perçue comme une alliée objective avec sa sympathie affichée pour les délinquants et son arrogante agressivité envers des forces de police démobilisées parce que trop souvent désavouées par une hiérarchie outrageusement politisée  ?

Et ne parlons pas de l’armée de la France qui a vu ses budgets systématiquement rognés depuis des décennies et ses effectifs sans cesse diminués…

Mais surtout une France qui compterait 4 710 000 de musulmans – soit 7,5 % de sa population – pour ne s’en tenir qu’au décompte publié en 2011 par le département Pew Forum on Religion & Public Life du Pew Research Center… alors que bien d’autres observateurs qualifiés estiment ses chiffres terriblement sous-estimés.

Cette population musulmane, on s’en doute, est un vivier idéal et d’importance pour susciter des vocations pour le djihad, l’État islamique le sait parfaitement. Comme il sait aussi que la répression d’ores et déjà annoncée par le gouvernement de Manuel Valls se fracassera dans un premier temps sur une législation française qui protège de fait les terroristes : pour preuve, la fameuse réponse faite par les services du Ministère de l’Intérieur   : « Ce n’est pas un délit de prôner le djihad, ce n’est pénalement pas répréhensible. »

Ce n’est pas un délit au regard de la loi française actuelle, certes, mais envisage-t-on alors de la modifier ? Et si oui, quand ? À quelle Saint-Glinglin ?

Et en attendant qu’on s’y décide – peut-être ! –, quel sera l’impact sur les jeunes islamistes désœuvrés du déchaînement islamophobe dans les médias, indéniable  sous le coup de l’émotion soulevée par l’hécatombe du 13 novembre dernier ?

N’en prendront-ils pas prétexte pour se découvrir un idéal d’existence qui leur fait tant défaut par ailleurs, la France ayant lamentablement échoué dans sa politique d’assimilation ? Et comment en aurait-il pu être différemment pour un pays qui ne cesse de battre sa coulpe au nom d’une repentance aussi fantasmée que mortifère ?

Voilà des raisons pour lesquelles Daesh a frappé la France ; peut-être, sans doute, y en a-t-il d’autres… Les unes n’empêchant nullement les autres
.
Poser des questions n’est évidemment pas y répondre, mais permet néanmoins de crever un abcès. Celui des utopies politiques – De « l’immigration est une chance pour la France » de l’ancien ministre Bernard Stasi à cette « France Black-Blanc-Beur » prônée par SOS Racisme et en passant par bien d’autres impostures politiques – qui ont trouvé leur réponse les mercredi 7 janvier et vendredi 13 novembre 2015.

Une réponse qui n’est pas un aboutissement, mais plus vraisemblablement les débuts de l’hécatombe droits-de-l’hommiste…
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Futuropolis