Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Jeudi 20 juillet 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 3

Par: Dominique le 08/12/2015


"Mais ce que veulent les français c'est qu'on leur rende leur France...d'une manière ou d'une autre"  Comme on les comprends ! Le problème c'est qu'après 35 ans de droite et de gauche, avec le droit du sol, le rapprochement familial, l'immigration massive imposée par Bruxelles, les pondeuses super-actives et aujourd'hui la déferlante des migrants c'est tout à fait impossible. Notre douce France n'existe plus. Qu'elle serait belle notre France sans les mosquées et sans l'Islam conquérant. "La disparition de notre belle culture ne fait plus aucun doute. Simple question de temps" D'après le récit love story "les corps indécents". Avec 65 % d'élèves musulmans dans les écoles de Béziers (Robert Ménard) et 60 % de la population de Mulhouse musulmane (Arlette Grosskost) et du pareil au même à Roubaix, Tourcoing, Lille, Evreux, Montbelliard, Sochaux, Marseille etc. etc. les français n'ont même plus le sentiment d'être chez eux ! La France est devenue le pays des droits des autres. Dream is over. Amen.
Microcosme

Par: kralgral le 07/12/2015


Attention, rien n'est encore joué.! Il ne faut pas sous-estimer la puissance (et l'intelligence ) des médias , ne pas sous-évaluer la naïveté de beaucoup de Français, plus prompts à croire les promesses de pères noël  que de réfléchir par eux-mêmes. La Bastille est toujours à prendre....
Microcosme

Par: Bernard Plouvier le 07/12/2015


Excellent... la dernière phrase est parfaite et pourrait servir de base du rassemblement des "souchiens" et des immigrés d'origine européenne parfaitement intégrés à la Nation. 
Félicitations
Microcosme

Accueil >> Microcosme
RÉGIONALES : LES FRANÇAIS DÉSAVOUENT LE SYSTEME - Cette fois les sondages avaient raison

RÉGIONALES : LES FRANÇAIS DÉSAVOUENT LE SYSTEME


Cette fois les sondages avaient raison




le

Le vote est clair. Jamais le Front national n’a été si haut. Il est le premier parti de France. Il arrive en tête dans 6 régions sur 13. Marine au nord, Marion au sud triomphent. Mais au-delà de cela, il y a le message national. Pourquoi plus rien ne fonctionne contre le Front National, voilà la bonne question ?

Car rien ne fonctionne, ni l’hystérie, ni la diabolisation politique, économique et médiatique. Valls, Gattaz, "La voix du Nord" sont au tapis. Plus rien n’y fait.

Les Français ont compris que la France, dans laquelle ils vivent, est le résultat de la politique du système. Ils voient disparaître le pays, dans lequel ils veulent vivre, au profit de quelque chose d’autre que l’on ne cesse de leur vanter mais dont au fond d’eux même, ils ne veulent pas.

Cette France du système, pour eux, est responsable de la crise économique, de l’insécurité et au bout du compte du terrorisme. C’est profond, c’est viscéral. Alors bien sûr, entre les deux tours, les politiciens vont continuer à faire comme si leur discours était encore audible.

Mais l’important et l’historique, c’est le changement idéologique. 

Les Français ont voté pour leur France contre leur République. Le reste est un point de détail dirait l’autre.

Marine Le Pen peut s'enorgueillir de plusieurs performances région par région, à commencer par son résultat en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Elle y survole le premier tour avec 40,6 % des voix, loin devant les 25 % du candidat LR Xavier Bertrand et les 18,1 % du candidat socialiste Pierre de Saintignon. En Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marion Maréchal-Le Pen vire largement en tête avec 40,6 %, loin devant le maire LR de Nice, Christian Estrosi (26,5 %) et le socialiste Christophe Castaner (16,6 %). Ces deux régions constituent les meilleures chances de victoire dimanche pour le FN. Avec 36,1 % des suffrages, Florian Philippot distance l'ancien ministre Philippe Richert de dix points (25,8) en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Large avance aussi pour la tête de liste FN en Bourgogne-Franche-Comté, Sophie Montel, qui recueille 31,5 %, devant le centriste François Sauvadet (24 %) et la socialiste Marie-Guite Dufay (23 %). Le vice-président du FN Louis Aliot recueille 31,8 % des suffrages, plus de sept points devant la socialiste Carole Delga (24,4 %) et treize points devant le candidat LR Dominique Reynié (18,8 %) en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. En région Centre, le FN Philippe Loiseau (30,5 %) devance également nettement ses concurrents, le centriste Philippe Vigier à 26,3 % et le président PS sortant François Bonneau à 24,3 %.

Il y a cinq ans, la France était gagnée par une vague rose, verte et rouge lors des élections régionales. Cinq ans plus tard, l'euphorie a changé de camp.

Les scores du Front national, ou du "mouvement national" comme se plaît désormais à le définir sa présidente, ont explosé. Les derniers résultats partiels le placent à près de 28%. Ni l'alliance du centre et du parti "Les Républicains", ni la résistance toute relative du PS n'ont permis de freiner cette tendance. Elle devrait permettre à Marine Le Pen d'aborder la prochaine campagne présidentielle, qui devrait démarrer très tôt après les régionales, en position de force.

Toute la vie politique va maintenant tourner autour de ça. Mais ce que veulent les Français, c’est qu’on leur rende leur France.. d’une manière ou d’une autre.
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Microcosme