Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Lundi 26 juin 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 2

Par: lhomme le 11/12/2015


Justement, le Pérou « ne rampe pas » : il calcule. Ce qui lui permet de signer l'accord américain Trans-pacifique plutôt bénéfique à sa croissance économique et en même temps de maintenir des relations diplomatiques serrées avec la Russie et surtout la Chine. ML.  

Grand marché

Par: dono le 10/12/2015


Le souci est bien le morcellement des nations face au rouleau compresseur de l'empire anglo-américain et là il n'existe que la RPC et la fédération de Russie qui pèse un peu...Des pays tels que la France ou le Pérou...doivent se positionner en fonction de leurs intérêts!
La résistance à l'empire pousse à l'entente les quelques gouvernements frondeurs...voir à leur union rapprochée pour leur survie et la militarisation en hausse n'annonce rien de bien heureux pour les peuples.
Grand marché

Accueil >> Grand marché
CHILI, PÉROU ET RUSSIE  - Trop de problèmes pour POUTINE ?

CHILI, PÉROU ET RUSSIE


Trop de problèmes pour POUTINE ?




le

Le Chili, sous la férule de Michelle Bachelet, s’enfonce dans le néant. Au palais présidentiel de la Moneda, on justifie la servilité et le pillage en affirmant que la politique doit se référer à l’essence de l’humanité.
 
Un pays, un peuple, des traditions, ne valent rien. Il est possible, au moyen de la foi qui soulève les montagnes, de transformer le pays selon les mauvais conseils proposés par les alliés des anglo-saxons. Ils souhaitent bien sûr cacher leurs méfaits financiers grâce à l’escroquerie intellectuelle bien analysée par Julien Freund, se faire passer pour des rédempteurs en usurpant les fonctions spécifiques de la religion (Julien FREUND: Politique et impolitique. Sirey, 1987). Il est difficile d’obtenir l’adhésion des populations à de telles niaiseries, puisque le ciment des factions en possession d’Etat est désormais le parasitisme au nom du bien. La multiplication des objections à la politique des fins ultimes augmente les difficultés de l’administration, exactement comme à l’époque de la collectivisation bolchévique.
 
L’impolitique 

Le Chili suit la voie de l’Europe, surtout obéir à ceux qui incitent à proclamer n’importe quelle promesse au peuple puisque le serment fait à l’infidèle n’engage pas. Et puis, au bout d’une semaine, personne ne se souvient des mensonges formulés. Le manque de vision stratégique est évident, et cela émerge de l’anti-éducation qui a formaté l’esprit un peu lent et confus des nouveaux guignols de l’impolitique. Actuellement, le Chili est confronté à des demandes présentées par le Pérou et la Bolivie devant la Cour Internationale de Justice. Comme Michelle Bachelet est ignare en politique extérieure, les intérêts chiliens ont été confiés à une bande d’avocats qui sont entrés dans un jeu dont ils n’ont pas fixé les règles. Et ils se sont plantés.

Á perdre le procès en faveur du Pérou, devant la Cours de La Haye, le Chili a dû céder de sa souveraineté maritime, et le procès avec la Bolivie a été de même gagné par ce dernier. Il en résulte maintenant une situation où d’un côté le Chili est mis sous tutelle, non seulement par la présence d’une base nord-américaine, mais désormais à travers le traité transpacifique, d’un autre côté la tyrannie intérieure règne, par l’intermédiaire du responsable de la cellule de vigilance des patriotes, placée entre les mains d’un laquais des gangs anglo-saxons. Que faire ? Ne pas accepter les jugements de La Haye placerait le Chili en porte-à-faux face aux Russes qui ont décidé d’appuyer le Pérou et la Bolivie, même si le Pérou est un partenaire médiocre qui rampe régulièrement devant les pillards étatsuniens.
 
Poutine a déclaré que quiconque se lève contre ses partenaires de Bolivie et du Pérou aura à faire à la Russie qui défend ses alliés, quoique lorsque des avions israéliens bombardent la Syrie, il ne réagisse pas. La politique ambitieuse de Poutine pourrait donc entrer dans la catégorie décrite par La Fontaine, ceux qui ont les yeux plus gros que le ventre, soit dans la stratégie d’une opposition temporaire pour construire une autre structure globale.  

Une autre centralisation

Si l’Europe meurt devenant ainsi la poubelle de l’humanité, ce qui reste de richesses devrait tomber dans les mains des voraces avec le traité transatlantique. Pour faire face à cette association de malfaiteurs, une autre organisation est proposée par la Russie. Poutine défend l’idée d’une entente économique entre les pays de l’Union Économique Eurasiatique, l’Organisation de Coopération de Shangaï, l’Association des Nations d’Asie du Sud-Est. Elle formerait une alternative aux accords transpacifiques et transatlantiques qui donnent au pouvoir des soviets de la finance le pouvoir absolu, pouvoir totalitaire de vie et de mort sur cette partie de l’humanité mise en esclavage.  

Mais les institutions de résistance conduisent à une autre globalisation si elles ne fonctionnent pas selon des principes très différents de ceux qui furent à l’origine de la global-invasion anglo-américaine. Les maîtres de la dialectique, soit d’origine orientale (Lao-Tse, Zoroastre, Rachi, Maimonide,…) soit d’origine occidentale (Machiavel, Hegel, Marx,…) ont toujours enseigné que pour vaincre il convient d’attaquer simultanément sur tous les fronts, même ceux qui paraissent opposés aux observateurs de petite envergure. Cette dialectique est mise en œuvre depuis très longtemps par les gangs globalitaires qui lancent des actions économiques, politiques, religieuses, etc. pour obtenir des réactions dont le résultat global converge vers la tyrannie inhumaine de la “World Al Capone Cie”. Dissoudre les Nations, comme cela se fait en Europe et en Amérique du Sud n’est pas la fin en elle-même, cette phase doit engendrer le processus de coagulation d’une nouvelle organisation, le nouvel ordre mondial éructé par les assassins de l’humanité. Et l’opposition entre deux grandes organisations nous rappelle le schéma décrit par Orwell, gage de la terreur permanente.

Il se pourrait donc que le projet proposé par la Russie ne soit qu’une phase du Coagula voulu par les pouvoirs infâmes, soit avec l’approbation de Poutine, soit à son insu. Si Poutine est victime de la dialectique des supérieurs inconnus qui ordonnent les destructions permanentes que l’on nous donne à voir selon les règles de la société du spectacle, son pays n’aura jamais la force suffisante pour appuyer simultanément tous ceux qui ont besoin d’aide.
 
L’opposition à la tyrannie de quelques mafias globalitaires réside dans le maintien de la diversité des pouvoirs et non dans l’organisation d’une autre globalisation.
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Grand marché