Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Lundi 26 juin 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 7

Par: Louis le 11/12/2015


L’éolien crée, au profit d’entreprises privées, une agression contre la nature, sans retirer d’autres sources de nuisances et d’agressions.

Pour une fois que les promoteurs ont le soutien des écolos, ils se gavent et rigolent.

Futuropolis

Par: Clémence le 11/12/2015


Il faut ralentir le rythme de développement des énergies renouvelables, qui fragilisent le marché de l'énergie et coûtent cher au consommateur final. Cet argent, utilisons-le mieux. On devrait investir dans la recherche, lier le prix de rachat de l'électricité renouvelable au prix des marchés de gros, miser sur l'utilisation intelligente de l'énergie.

Futuropolis

Par: Bernard Plouvier le 11/12/2015


Passionnant commentaire de Queribus
Comme médecin, je sais que les corps radioactifs sont tératogènes, donc tuent des fœtus (plus que les avortements de complaisance ? Je n'en suis pas persuadé) ou créent des individus viables mais malformés.
Or, si à Hiroshima & Nagasaki, l'on a noté des leucémies en plus grand nombre chez les enfants irradiés, il faut reconnaître que l'étude de la faune sauvage des environs de Tchernobyl, 25 ans après la catastrophe, est fort étonnante : on ignore, bien sûr, le nombre d'animaux sauvages morts-nés ou avortons, mais les renards, belettes etc. locaux sont à la fois très radioactifs et en bonne santé apparente ; en outre, les autopsies d'animaux n'ont pas révélé de taux significativement plus élevé de tumeurs ou de malformations par rapport aux populations tout venant de même espèce... Curieux is it not ? 
Futuropolis

Par: GML le 11/12/2015


Ce que raconte Queribus dans son long commentaire est faux ou biaisé ou exagéré de A à Z.  Et le nucléaire n'est ni de droite ni de gauche ni du centre. 
Pour le rassurer, je lui recommande de lire :
"Déchets nucléaire : où est le problème" 2014 / Francis Sorin 
et 
Déchets nucléaire : quel avenir ?" 2015 / Stéphane Gin.

Futuropolis

Par: Queribus le 11/12/2015


Comme hélas souvent à droite, on ne peut pas aborder le thème de l'énergie sans se heurter aux à priori : du moment que ce sont les faux écolos qui rejettent le nucléaire, le nucléaire est gentil... Et surtout, il serait PROPRE, parce que découvert par les européens...
PROPRES ? Des déchets dont la première demi-vie est de 300 000 ans ? mais QUI va enfin dire à droite que non, ce n'est pas "propre" de produire des déchets hautement radioactifs, c'est-à-dire nocifs pour l'environnement, tératogènes et incontrôlables ? Vous qui écrivez l'article, vous avez envie de : 
- vivre en face d'une centrale atomique (danger immédiat irreversible en cas d'incident voire d'attaque)?
- vivre en un lieu où sont enfouis des déchets retraités, vitrifiés, mais dont la nocivité n'est aucunement réduite ? Vous souhaitez laisser ce cadeau à vos descendants ? Combien de générations sont concernées ? Un arbre généalogique déjà bien fourni remonte sur une vingtaine de générations : cela représente dans les 700 ans maximum... Ici nous parlons de centaines, de milliers de milliers d'années, vous serez largement oublié par vos descendants, mais vos déchets nucléaires, eux, non... C'est propre, ça ? Jeter la poussière mortelle sous le tapis ?
Les premiers containers de bétons contenant des déchets nucléaires, jetés en mer il y a des années, sensés être à toute épreuve, sont déjà fendus et rejettent leur poison dans les océans... Combien sont-ils ? Où sont-ils ? 
300 000 ans, et le premier sarcophage de Tchernobyl n'est absolument plus étanche...
300 000 ans, pour les plus courtes demi-vies, et vous appelez ça PROPRE ?
Je ne peux pas acceper personnellement le nucléaire, tant qu'on n'aura pas réussi à gérer ces déchets, en les envoyant dans le soleil par exemple.. D'ici là, OUI, ça coûtera PLUS CHER de se passer du nucléaire... Et alors ? Oui, on aura des flux d'énergie difficiles à gérer du fait des contraintes climatiques liées aux vents et marées... Oui, si l'on ne parvient pas à les filtrer, associés à des gaz à effets de serre également nocifs... Pas PAS TÉRATOGÈNES. 
Comment peut-on se retrancher vers des arguments financiers ou de confort (risques de coupures) quand on parle du nucléaire ? C'est moins cher et c'est de la haute technologie ? C'est un magnifique jouet de l'homme occidental, tout beau tout propre ? 
Moi je ne peux partager ce point de vue, et je pense à ce qu'un autre homme politique en son temps disait : "je me moque de ce que ça coûtera, l'argument financier n'entre pas en ligne de compte dans certaines décisions...".
Alors oui, j'accepte sans problème devant chez moi les éoliennes qui sont chères et tuent les petits oiseaux, même si ma machine à laver ne pourra tourner que de 4:45 à 5:25 le lundi (vent présent) et de 22:34 à 4:00 le mercredi, etc. J'accepte que l'électricité que je recevrai puisse être "rationnée" ou fluctuante du fait des aléa climatiques, c'est certes un peu moins de CONFORT, mais depuis quand mon petit confort et ma petite personne doivent-ils l'emporter sur la qualité des gènes de mes descendants ? Depuis quand les arguments capitalistes l'emportent-ils sur la raison ?
Futuropolis

Par: Bernard Plouvier le 11/12/2015


Les ministres et leurs "conseillers" étant de parfaits imbéciles et, de surcroît, des "imbéciles à système" (variante : des crétins dogmatiques), leur avis ne doit en aucun cas compter face à celui des vrais spécialistes... c'est aux électeurs - et à eux seuls - qu'il incombe de virer les andouilles et d'élire enfin des gens compétents, tirés de la vie civile, et non des professionnels de la politique de la gamelle, des "Titans dans l'art de ne rien dire"... j'imagine que les plus cultivés des lecteurs de Metamag sauront qui était l'auteur (aujourd'hui décédé) de cette formule.
Futuropolis

Par: le bon sens le 11/12/2015


10 000MW sont déjà installés en France.

Pourquoi une responsable politique au niveau de  Ségolène Royal ne fait elle pas les bilans économiques, écologiques environnementaux, sociétaux  et paysagés de 10 années de présence de ces aérogénérateurs?

-Ces machines ne sont pas autosuffisantes pour fonctionner et  nécessitent le cout d’un investissement supplémentaire par des usines thermiques pour assurer leur back up

- En suivant l’exemple Allemand, le prix de l’électricité pour les particuliers comme pour les entreprises va doubler pour atteindre les prix allemands.

- Alors qu’EDF vend son électricité à ses concurrents  ou à l’exportation en moyenne à 45€, elle est obligée d’acheter l’électricité éolienne 90€ pour le terrestre et environ 220€ pour le marin, prix indexé pendant  15ans pour l’éolien terrestre et 20 ans pour le marin

-15 milliards déjà d’investissement (1,5 million /MW prix annoncé par le SER) pour une durée maximum de 15 ans ne produisant que 3% de l’électricité de la France

- Balance commerciale déficitaire par des aérogénérateurs importés

- Emplois à l’étranger

- Industrie ne pouvant survivre  que de subventions européennes, nationales et régionales au bout de dix années

-qui nécessite une densification des réseaux de transport de l’électricité  et de construction de ligne à haute tension

Après 10 années d’expérience, il est tout à fait surprenant  que nos dirigeants politiques s’obstinent à entrainer le pays dans une telle stratégique industrielle  qui  le conduit dans des difficultés économiques supplémentaires

A moins que l’objectif ne soit que  politique ???

Futuropolis

Accueil >> Futuropolis
DES ÉOLIENNES POUR LE CLIMAT ?  - Une erreur pour la planète !

DES ÉOLIENNES POUR LE CLIMAT ?


Une erreur pour la planète !




le

La Ministre de l’Environnement Ségolène Royal a déclaré le 17 novembre 2015 que les technologies de l’éolien “faisaient partie de ces solutions indispensables pour relever le défi énergétique et climatique qui est devant nous”. Elle a ajouté que pour atteindre cet objectif, elle allait “tripler le parc éolien actuel français”.

Cette déclaration est sans fondement scientifique car ces machines, au contraire, contribuent à augmenter les gaz à effet de serre. Ce fait, à première vue paradoxal, est du à la faible productivité des éoliennes pour faire de l’électricité et à leur intermittence. Elles sont incontrôlables car liées au vent, et le courant alternatif ne se stockant pas, il est nécessaire de réguler le réseau par des centrales thermiques souples à charbon ou à gaz pour prendre le relais.

Le Président d’Engie (GDF-SUEZ), société fortement impliquée dans l’éolien en France, mettait clairement en garde, dès le 8 juin 2011, contre la séduction qu’exerce sur l’opinion publique les énergies renouvelables : « ce sont des énergies intermittentes qui vont nécessiter de grandes capacités de réserves qui vont reposer sur le gaz naturel. On va payer trois fois. D’abord parce qu’il faudra construire deux systèmes (éolien-gaz) ; deuxièmement, car il faudra subventionner les éoliennes ; troisièmement, les turbines gaz vont fonctionner seulement 70% du temps et le coût du MWh va être augmenté d’autant. Outre le prix élevé, le système éolien-gaz va générer des gaz à effet de serre 70% du temps. C’est donc un système pollueur ».

L’Allemagne est la patrie de l’éolien, elle est citée comme exemple. Mais, depuis 20 ans il y est démontré que ces machines produisent indirectement du CO2 en contribuant à développer des centrales à lignite notamment. En France, la Bretagne, se couvre d’éoliennes, mais celles-ci entrainent aussi la construction de centrales à gaz pour les réguler, comme celle située à Landivisiau.

La situation globale de l’avenir de l‘électricité en France est encore plus paradoxale. L’énergie électrique produite est déjà à 95 % décarbonée, ce qui la rend sur ce point la plus vertueuse des électricités au monde. 

Alors pourquoi construire et tripler le parc éolien, qui entraîne des centrales à gaz ? Cette situation plonge la France dans une cacophonie énergétique :
Le président d'EDF, Jean-Bernard Levy, vient d’annoncer vouloir prolonger la vie des 58 centrales nucléaires de la France de 30 à 60 ans, et construire 30 à 40 nouvelles centrales en investissant 200 milliards d'euros d'ici 2050, ce qui est contraire aux objectifs du gouvernement.
La loi de la transition énergétique pour la « croissance verte » impose au contraire de réduire de 78% à 50% la production d’électricité nucléaire de la France à l’horizon 2050.
L’Agence de l’Environnement et de Maîtrise de l’Energie, placée sous l’autorité du Ministère de l’Environnement, a déclaré qu’il était possible de produire 100% d’énergies renouvelables (EnR) à l’horizon 2050, c'est-à-dire de fermer les centrales nucléaires.

Cette réponse à trois voix, totalement discordantes, d’organismes dépendants de l’Etat, montre l'irresponsabilité des dirigeants quant à la politique énergétique de notre pays. Les éoliennes ne contribuent pas à sauver le climat, elles augmentent au contraire les gaz à effet de serre.
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Futuropolis