Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Dimanche 17 décembre 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 6

Par: john Wayne le 15/12/2015


Belle  victoire en PACA ...!  Ouf  !!  Mission accomplie !  80% des électeurs du " FN " pensent que le programme économique du mouvement est irréaliste !! On est sauvé !!
Microcosme

Par: ralphi le 15/12/2015


Cela fait des décennies que nous ne sommes plus sous régime de démocratie mais sous régime d'oligarchie. Comment, si on est un honnête citoyen, peut-on voter PS quand on se défend d'être UMP? La vraie démocratie consisterait comme en compétition, de consacrer LE vainqueur du premier tour qui est le seul légitime à gouverner (façon referendum). Par ailleurs qui s'est inquiété de voir la Corse marginalisée en région et gouvernée par des indépendantistes? Par contre, on parle de Mayotte qui pourtant n'a rien à voir avec la France! Cherchez les erreurs.
Microcosme

Par: Rémy Valat le 15/12/2015


Viva France Libre! Une vraie ripoublique cubo-bananière! En général, on garde une équipe qui gagne (en France, c'est le contraire), mais ceux qui sont encore dans la "matrice" auront le réveil  bien amer...Le logiciel LRPS fonctionne bien, mais cela ne saurait durer. Nous sommes en 1788, le peuple gronde, mais on ne l'écoute pas... Le risque de guerre civile n'est pas le FN, il est surtout le fait de ceux qui n'écoutent pas les aspirations du peuple, celui des Français ou de ceux qui aiment vraiment la France, de coeur et sans conditions... Les tours de passe-passe auront bientôt fait leur temps, la "pilule bleue", c'est bientôt fini... 
Microcosme

Par: Olivier DEVALEZ le 15/12/2015


Et la Corse, Monsieur Lhomme ? Même s'ils ne représentent souvent même pas le dixième d'une région continentale, ils ont quand même su mettre fin à l'éternelle valse à deux temps entre les familles Giacobbi et Rocca-Serra, entre la gauche et la droite. En laminant le FN, c'est vrai (qui serait mieux inspiré d'y adapter son discours), mais en faisant passer leur peuple et leur île avant tout.
Microcosme

Par: kralgral le 14/12/2015


La Drauche explosera bientôt. En effet, le prochain scrutin présidentiel consacrera celui qui sera opposé au F.N. , quelque soit son programme ou ses promesses. D'ou de beaux débats politiciens en perspective.....
L'électeur de base, lui,continuera d'être honteusement  manipulé, et votera comme on le lui dira.
Droite et Gauche devront s'affronter dès le premier tour, car il n'y aura pas de 2° tour , et un seul pré-élu.
Microcosme

Par: Robert41 le 14/12/2015


Nous, avons été témoin au cours de ces élections régionales, d'une mise en scène gouvernementale abjecte, enrichie d'affidés politiques mineurs caporalisés, où la démocratie représentative en a été la première victime. Cette mise en scène a activé une spéculation intellectuelle infâme sur des choses abstraites qui n'abouties pas à une solution des problèmes réels. C'est la victoire de l'arrogance, leur seule grandeur et du compromis avec le malin. Cette collusion politique parisienne et de réseaux a démontré le vrai visage de la méduse dont la chevelure s'est agitée d'occupants siffleurs, comme le monde des people éthérisés, des médias caporalisées et du représentant patronal français pratiquement maître chanteur. Tout ces nantis vivent bien de ce monde en discorde. Leurs tayots et leur sus-à-l'ennemi, invitent le chaland, à obéir en idiot utile, aux réflexes pavloviens de leur catéchisme. Ils ont volé la démocratie ! - C'est pas la République qui était en danger, mais bien Eux ! - Valls n'a cessé de déclamer une montée de l'extrême-droite en France, alors qu'il s'agit d'un ras le bol national, de l'incompétence politique de gauche comme de droite, complétée d'une corruption politique scandaleuse. Le plus courageux des socialistes, c'est Monsieur Jean-Pierre, Masseret, qui le dit clairement : " Pas question pour moi de me retirait ! Ce serait absurde ! Cette stratégie du retrait c'est complètement fou ! Cet homme a raison, il a démontré sa stature d'homme politique responsable qui ne se couche pas devant une " diktature " parisienne. Ce plat de lentilles coûtera cher à ceux qui s'y sont laissé prendre. Comment expliquer ensuite aux citoyens engagés, cette faillite idéologique, ce compromis de complotiste sur un ras le bol national. 

Microcosme

Accueil >> Microcosme
RÉGIONALES 2015 : LA KERMESSE TOURNE COURT - La Droite n'est plus l'opposition

RÉGIONALES 2015 : LA KERMESSE TOURNE COURT


La Droite n'est plus l'opposition




le
modifié le 14/12/2015 à 19:40h

Soulagement chez les bourgeois : le Front national ne remporte aucune région. Le "premier parti de France", en tête dans six régions dimanche dernier, n'en obtient aucune au second tour. Le système gouverne mal mais se défend bien. La gauche calculatrice s'est de fait très bien défendue : elle conserve 5 régions alors qu'elle aurait dû les perdre toutes. Elle conserve ces 5 régions grâce à la Droite. Celle-ci réussit à faire barrage au Front National mais comme l'a très bien relevé Marion Maréchal-Le Pen : « il y a des victoires qui font honte aux vainqueurs ». 

Même si leurs communicants, sans lesquels ils ne font rien, leur ont dit qu’il ne fallait pas trop exulter sur les plateaux de télévision, ils l'auront tout de même fait, le pire étant sans doute Nicolas Sarkozy puisque Marine et Marion ont été battues, et c’est cela seul qui comptait pour lui. Le Soir de Bruxelles titrait sur internet jubilatoire : le Fn battu partout. Gauche et Droite parlementaires, la Drauche comme nous l'appellerons désormais vont de nouveau se partager la gamelle. Ils raconteront maintenant que grâce à eux, la République a été sauvée, et que le fascisme n’est pas passé. 

Les régionales 2015 furent tout de même un grand moment politique : d'abord, il y eut le triomphe du Front national puis ensuite, on entonna une sorte de kermesse démocratique droite et gauche confondues sans aucune argumentation sérieuse mais en servant uniquement un discours de mépris du populaire au service d'un plébiscite grave et solennel voulu par le Premier Ministre. La gauche se sacrifiait et la droite se couchait. La presse se vautrait sans l'admettre dans la compromission des subventions. Á l'évidence, on oubliait les régions, les terroristes et l'état d'urgence. Le vote du 13 décembre se transformait en un vote pour ou contre Le Pen, pour ou contre le Front National, pour un plébiscite gouvernemental même si Xavier Bertrand, l'homme que la gauche a fait roi semble à ce titre le plus lucide et avoir admis et reconnu la modestie de sa victoire.

Ces élections resteront comme les élections de l'absence de débats, de la paralysie des programmes et de l'impolitique pure. On n'a discuté de rien. Rien en effet sur l'anémie de l'économie et le chômage comme gangrène; rien sur les déficits sociaux (assurance santé et retraites); rien sur le gouffre budgétaire, rien sur les bombardements de Syrie et le soutien indirect à Daesh. C'est un bien sombre tableau électoral où nous entraîne depuis trente ans toute la classe politique française.

Les socialistes ont abordé les élections régionales avec un lourd handicap : leurs chefs de file naturels étaient discrédités, excepté le Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian qui a d'ailleurs évité dans toute sa campagne de prononcer le mot "socialiste" et de fusionner avec les écologistes et le Parti communiste . Or la Droite ne gouvernera des régions que parce qu'elle a accepté les voies des socialistes parce qu'elle est comme eux mondialiste.

Sur ce décor sinistre d'une recomposition de la vie politique française, on élira demain les Présidents de région. Ce sera l'élection par défaut des Présidents du système. Les choses sont claires. Il n'y a plus de tripartisme mais bien un nouveau bipartisme : le Front National et la drauche. 


Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Microcosme