Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Lundi 18 décembre 2017
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 0

Accueil >> Monde en action
ARGENTINE : LA VICTOIRE DE MAURICIO MACRI ET DE LA DROITE LIBÉRALE -

ARGENTINE : LA VICTOIRE DE MAURICIO MACRI ET DE LA DROITE LIBÉRALE





le

Le libéral Mauricio Macri, toute juste élu président de l'Argentine fait déjà face à de redoutables défis. Il lui faut en effet relancer et réformer la troisième économie d'Amérique latine et construire une majorité pour gouverner, sa coalition étant minoritaire au Parlement. 

Après 12 ans de politiques de gauche, de Kirchnérisme, l'Argentine est à genoux. C'est la première fois depuis 1938 qu'un parti d'orientation conservatrice est arrivé au pouvoir de manière démocratique en Argentine. M. Macri, 56 ans, a remporté la présidentielle lors d'un second tour inédit avec 51,4% des voix contre 48,6% à Daniel Scioli, le candidat soutenu par la présidente sortante Cristina Kirchner. 

Les événements de France nous avaient un peu éloigné de ces résultats. Nous réparons. C'était aussi la première fois qu'un chef d'entreprise gagne une présidentielle en Argentine et la première fois qu'un chef de l'Etat argentin vient du monde des sports puisqu'avant d'être maire de Buenos Aires, Mauricio Macri avait conduit le prestigieux club de Boca Juniors à tous les succès. La victoire de Macri est cependant limitée puisqu'il ne contrôle ni la chambre des députés, ni le Sénat. Face à la crise de l'emploi que traverse le pays,  le président élu a aussitôt annoncé la formation d'un "cabinet économique" rassemblant six ministres afin de dresser un état des réserves et des comptes de l'Etat. Le règlement du conflit  des "fonds vautours" sur la dette et une politique monétaire rompant avec la surévaluation du peso et le contrôle de l'accès aux devises font partie des priorités de l'administration Macri.  
 
En terme de politique étrangère, c'est plutôt une bonne nouvelle pour les Etats-Unis puisqu'après la mise au pas du Brésil, Macri entend rompre avec l'alignement de Buenos Aires sur l'axe passant par le Venezuela, Cuba, la Chine et la Russie et donc repositionner le pays dans son espace diplomatique naturel avec le Brésil comme premier partenaire commercial et les Etats-Unis comme allié privilégié. 

Mauricio Macri a d'ailleurs commencé très fort puisque le lendemain de son élection, il a demandé l'exclusion temporaire du Venezuela du marché commun sud-américain, le Mercosur, qui doit tenir son sommet le 21 décembre et ce, en raison de la "persécution des opposants politiques". 

La question est maintenant de savoir s'il sera le premier président conservateur du pays à terminer son mandat de quatre ans car des quatre présidents non péronistes élus depuis 1945 aucun n'a terminé son mandat. Les deux premiers ont été renversés par un coup d'Etat, les deux autres par des crises économiques qui ont rendu le pays ingouvernable. 

Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Monde en action